Le polar historique

Le Blog du polar n'est pas insensible à ce genre littéraire qui associe l'histoire à travers l'évocation de grands et petits événements et l'intrigue policière comme mode narratif. Nous avons déjà eu l'occasion d'admirer le talent d'auteurs reconnus comme Paul Doherty, Peter Tremayne ou Ellis Peters et de mettre le doigt sur quelques textes qui fleuraient bon l’opportunisme, dont nous éviterons de rappeler les auteurs. Qu'est-ce qui se cache réellement derrière cet intitulé qui est souvent une porte d'entrée dans le monde du roman policier pour des personnes qui jusqu'alors auraient détourné les yeux du genre?

Ce mini-dossier se propose de vous faire découvrir des auteurs qui méritent réellement le détour, des romans qu'il faut avoir lu pour comprendre le sujet et le rappel de quelques chroniques parues sur le blog.


Historique or not historique ?

La définition du polar historique ne fait plus polémique. Il suffit de jeter un œil sur la page qui lui est consacrée sur Wikipédia (lire leur dossier) pour confirmer ce qui est une évidence puisque l'intitulé correspond parfaitement à cette volonté de classement.

En revanche on s'interroge sur les origines. Certains pensent que les premiers pastiches de Sherlock Holmes écrits après la mort de l'auteur auraient auguré du polar historique.
Nous préférons nous en tenir à l'idée que tout écrivain évoquant le passé proche ou lointain dans une intrigue policière avec un souci de vérité historique est dans la bonne configuration.
Ainsi Ellis Peters avec Cadfaël, son moine enquêteur,  Philip Kerr et son détective au temps des nazis ou Didier Daeninckx avec son évocation des événements de la guerre d'Algérie, feront ainsi tous les trois partie de la même famille d'auteurs.

En guise de conclusion, quelques éléments permettent à nos yeux de classer un roman dans la catégorie des  polars historiques:

  • Évoquer une époque révolue, proche ou lointaine avec une approche d'historien, 
  • Utiliser le prétexte d'un événement notoire historique,
  • Prendre comme personnage principal une figure de l'histoire,
  • S'attacher à une vérité historique proposant une nouvelle analyse des faits.



Les auteurs incontournables

Boris Akounine - Des enquêtes dans  la Russie tsariste de la fin du XIXe siècle.

Michèle Barrière, spécialise du polar "culinaire", nous fait découvrir la cour de François Ier avec les enquêtes de Quentin du Mesnil. Lire les articles

Paul Doherty et ses nombreux pseudonymes, qui se sert du polar pour raconter l'histoire au Moyen-Age et dans l'Egypte ancienne. Lire l'article

Claude Izner  et les aventures d'un bouquiniste détective à la Belle Époque.

Philip Kerr, dans sa Trilogie berlinoise, met en scène Bernie Gunther, détective de choc, au temps du nazisme.  Lire les articles

Frédéric Lenormand  met en scène Voltaire au XVIIIe siècle et reprend la nouvelle série du Juge Ti (Dynastie Tang).

Jean-François Parot spécialiste du XVIIIe, avec les enquêtes de Nicolas Le Floch.  Lire l'article

Iain Pears auteur d'une série policière mêlant art et histoire et aussi de romans policiers historiques plus ambitieux. Lire les articles

Anne Perry est très attachée à la période victorienne avec William Monk et Charlotte et Thomas Pitt.

Ellis Peters, tout le monde connaît les enquêtes de Frère Cadfael moine au XIIIe siècle.  Lire l'article

William Ryan, par le biais de son héros Korolev, nous ramène dans la Russie des années 30. Lire les articles

Kate Sedley et son colporteur Roger Chapman qui mène l'enquête dans l'Angleterre du XVe siècle.  Lire l'article

Peter Tremayne  raconte les pérégrinations de Sœur Fidelma en Irlande au VIIe siècle.  Lire l'article

Robert van Gulik  et son Juge Ti nous font découvrir la Chine Ancienne du VIIe siècle.

3 commentaires:

  1. Marie-France Barbet et Anne-Marie Romero, avec leur trilogie "Meurtres au royaume de Majorque (Ed. Mare Nostrum- Perpignan) racontent un royaume oublié, celui de Majorque (capitale Perpignan) entre 1285 et 1302, en suivant fidèlement l'Histoire et en tricotant des intrigues dignes des grands polars. 8.000 ventes en 26 mois...

    RépondreSupprimer
  2. Alors là, ne pas citer Jean d'Aillon, le plus intéressant et le plus documenté des auteurs français, c'est quand même une lacune. Je ne vois pas non plus Viviane Moore. Son Galeran et son Tancrède ne valent pas les moinillons anglais ? Allez, cherchez encore, vous allez en trouver d'autres.

    JBC, Toulouse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, ce mini-dossier est purement subjectif, et n'évoque que les auteurs que nous avons particulièrement appréciés. Nous assumons le choix, comme pour tous les autres articles de ce blog qui sont, eux aussi, très personnels.

      Supprimer

Articles récents